La chirurgie de commutation duodénale, les avantages

La chirurgie duodénale est une intervention chirurgicale qui vise à réduire la taille de la poche gastrique. Par ailleurs, cette chirurgie bariatrique aide les patients à réduire la faim et à perdre du poids. En effet, les patients qui suivent les instructions post-opératoires peuvent s’attendre à voir une perte de poids significative (environ 70% de l’excès de graisse durant les deux premières années qui suivent l’intervention.

Toutefois, le caractère invasif de la chirurgie et le risque de complications associés à un temps de récupération relativement long en font une solution moins idéale pour certains candidats.

Comprendre la chirurgie

L’intervention est considérée à la fois restrictive et malabsortive. En effet, elle limite la quantité de nourriture consommée en réduisant la capacité de l’estomac et aide le corps à absorber moins de calories en redirigeant les intestins. Ceci est réalisé en trois étapes :

  1. Réduction de la taille de l’estomac :

L’élément restrictif est le résultat d’une intervention appelée gastroplastie en manchon vertical. Les médecins enlèvent généralement au moins 70% de l’estomac. Le tissu de l’estomac produit l’hormone ghréline qui est responsable des « douleurs de la faim ». Avec moins de ghréline, l’appétit est supprimé.

  1. Réacheminement intestinal :

La composante malabsorptive de la chirurgie de commutation duodénale est due au réacheminement intestinal ou au détournement biliopancréatique. Les chirurgiens coupent une petite partie de l’intestin et l’attachent plus loin dans le tube digestif. Cela empêche la nourriture de rencontrer les sucs digestifs et d’être absorbée par le corps jusqu’à ce qu’il atteigne la fin de l’intestin grêle. Ce mécanisme favorise la perte de poids.

  1. Enlèvement de la vésicule biliaire ou de l’appendice :

La vésicule biliaire ou l’appendice ne sera pas nécessaire chez tous les patients ayant changé de vésicule biliaire.  Mais, dans certains cas, l’ablation de la vésicule biliaire est recommandée chez environ 50% des patients.

Les médecins peuvent aussi recommander l’ablation de l’appendice s’il est de forme discutable ou à titre préventif en raison de sa proximité des intestins.